Le compost

Aujourd’hui, le volume de nos poubelles ne cesse de croître. Pour endiguer cette surproduction de déchets, nous pouvons agir, en consommant mieux, en jetant moins, et pourquoi pas, en valorisant nous-mêmes nos déchets.


Aujourd’hui, le volume de nos poubelles ne cesse de croître. Pour endiguer cette surproduction de déchets, nous pouvons agir, en consommant mieux, en jetant moins, et pourquoi pas, en valorisant nous-mêmes nos déchets. Savez-vous en effet que nous pouvons composter le tiers de nos ordures ménagères et la quasi totalité de nos déchets de jardin ?



Faire son propre compost est une opération facile qui a de nombreux avantages. Écologique, il permet de réduire nos déchets en toute simplicité : c’est la nature qui fait le travail! Économique il allégera votre facture d’engrais et d’amendements organiques de manière sensible.

Comment ça marche ?

Il s’agit d’imiter ce qu’il se passe naturellement dans une forêt, quand les déchets animaux et végétaux se décomposent pour former l’humus, la couche superficielle du sol. Composter, c’est mélanger des déchets organiques qui, en présence d’oxygène et sous l’action de microbes, champignons, vers de terre, insectes, etc., se transforment en une matière proche du terreau, riche en minéraux.

Que peut-on composter ?

L’ensemble des rebus de cuisine comme les épluchures de légumes en évitant les agrumes, les fruits et légumes trop mûrs, les coquilles d’oeuf, le marc de café et autres restes alimentaires (sauf les viandes) sont compostables. Pour le jardin, utilisez les tontes de gazon et les feuilles mortes qui ne sont pas porteuses de maladies. Les autres déchets comme la cendre, la sciure, les mouchoirs en papier feront aussi très bien l’affaire.

En pratique

Vous pouvez opter pour le compostage en tas, il vous suffit simplement d’ajouter vos déchets verts au tas et de le retourner régulièrement pour favoriser sa décomposition. L’eau de pluie et l’oxygène se chargent du travail. Inesthétique, placez-le dans un coin à l’abri des regards. Le composteur est lui plus esthétique et moins volumineux car favorisant la hauteur. Il vous permet de prélever le compost déjà «mûr» par les tiroirs du bas en laissant les couches les plus fraîches se dégrader à leur rythme. Comptez entre 3 et 5 mois pour un compost riche en humus qui ravira vos plantations.

Retour à la liste